Désastre écologique au Kamtchatka

16/10/20

Forgée par les volcans, façonnée par la glace 

Le Kamtchatka ne vous parle peut-être pas et pourtant cette péninsule située aux confins orientaux de la Russie demeure l’un des sanctuaires naturels les plus envoûtants sur la planète Terre. Celle qu’on appelle “la Terre de Glace et de Feu” est tout autant un refuge de biodiversité terrestre qu’une zone de vie pour une myriade d’espèces aquatiques, fauniques comme florales. 

Le Kamtchatka c’est aussi une relation entre l’Homme et son environnement et où la pratique sportive nautique y est symbole d’harmonie. Là-bas, surfer propose une expérience et des plages aussi féeriques que les conditions y sont dantesques. La plongée elle, propose des sites où la visibilité peut dépasser 20 mètres et une richesse en biodiversité qui n’a rien à envier aux meilleurs spots de la mer Rouge. 

Écocide au paradis 

Cette peinture idyllique s’est malheureusement déchirée en ces premiers jours d’octobre ; la plage de galets immaculée a laissé place à un paysage désolé. Phoques, poulpes, poissons, étoiles de mer, oursins, etc. c’est un véritable cimetière aquatique qui s’est dévoilé aux yeux d’ Anton Mazarov, le fondateur de la première école de surf locale, les 3 et 4 octobre derniers. Dès les premiers instants, la surfeuse @yola_la comprend que les dégâts sont considérables ; la pollution est visible sur plus de 40km entre la Baie d’Avacha et le Cap Nalidiev. 


95% des espèces du plancher océanique auraient disparu dans la baie d'Avacha. Crédits : Elena Vereshaka/TASS

Les vidéos du désastre ont fait le tour du monde, les ONGs se sont mobilisées derrière Greenpeace Russia pendant que l’opinion publique russe se remet à peine de ce coup porté à l’une des plus belles régions du pays. 

Dès le 30 septembre et comme souvent malheureusement, l’alerte est venue du monde du surf et des sports aquatiques. Et comme souvent, l’adage ne ment que rarement : premier.es exposé.es, premier.es touché.es. Entre vomissements, fièvre et démangeaisons, la pratique était devenue impossible, voire dangereuse. Anton décidait donc de lancer l’alerte dès le 1er octobre. 

“On pensait d’abord que c’était une infection ménagère. On se mettait des gouttes dans les yeux, prenait des médicaments contre la diarrhée. J’avais des démangeaisons, le corps grattait terriblement, j’avais très mal à la tête.  

L’eau n’avait pas de goût ni d’odeur de l’océan - jaune et verte, trouble, elle ressemblait à de la gelée. C’est dur à décrire parce que tu ressentais de l’amertume à peine 20 minutes après être rentré dans l’eau. Avec une odeur métallique, on dirait que tu étais au sein d’une usine.  

Nous ne savons pas si ces substances peuvent s’accumuler dans le corps. De toute ma vie près de l’océan et de toute ma pratique nautique, c’est la première fois que j’ai senti que l’eau était dangereuse.”  

Crédits : Anton Mazarov

Une cause inconnue, une conséquence bien mortelle  

Pour le scientifique Vladimir Burkanov, la source de pollution pourrait provenir de résidus de carburant de roquette, le site de test de Radygino se situant à 10km de la zone touchée. Cette hypothèse a toutefois été vivement démentie par les représentants de la Flotte Pacifique de Russie. 

Pour Vladimir Chuprov, Directeur de Greenpeace Russia, il est encore tôt pour définir les causes de cette catastrophe :  

« Malgré un certain retard, c’est une bonne chose de recevoir les premiers résultats des agences gouvernementales. Cependant, les résultats obtenus ne suffisent pas à faire toute la lumière sur ce qui s'est passé. Pour un certain nombre d'éléments, par exemple les métaux lourds, l'analyse est toujours en cours. Il manque certains résultats extrêmement importants, tels que des tests de laboratoires sur les tissus et organes d'animaux morts. Les matériaux collectés n'ont également pas été testés pour les pesticides. 

Nous attendons toujours les résultats des échantillons d'eau, ainsi que les restes d'animaux morts recueillis par les habitants et l'équipe de Greenpeace. Tout le monde est inquiet quant à la lenteur du processus de sélection et de l'analyse des échantillons récoltés au Kamtchatka. Greenpeace Russia ne dispose pas des ressources de l'Etat, mais nous faisons tout pour obtenir les données manquantes le plus rapidement possible. Les scientifiques nous aident à optimiser ce processus." 

Si le mystère demeure donc autour des circonstances de ce désastre écologique, les conséquences sont, elles, bien visibles. 

Les analyses de l’Agence fédérale russe de supervision des ressources naturelles ont révélé des taux de substances chimiques toxiques, dépassant largement les seuils recommandés : 10,8 fois trop de phosphate, 6,7 fois trop de fer, et 2,9 fois trop de phénol.  Les dernières analyses en date du 15 octobre, font également état de présence d’hydrocarbure dans les eaux contaminées mais aussi d’acides gras, des éthers, de chlorures, du diallyl de sulfure, des terpènes et de l’hexagol. Ces dernières informations ne permettent cependant pas de déterminer la source de la pollution car si certains de ces éléments sont utilisés dans l’industrie, d’autres peuvent être retrouvés dans l’environnement à l’état naturel. 

En addition aux nombreux animaux marins retrouvés échoués sur les plages, ce serait plus de 95% des espèces du plancher océanique qui aurait disparu dans la baie d’Avacha d’après le scientifique de la réserve de Kronotsky et de l'Institut géographique du Pacifique, Ivan. 

Il va sans dire que la pratique sportive demeure risquée sur le plan sanitaire. Au final, ce sont 9 personnes comme la surfeuse Natasha Danilina qui auront été hospitalisées pour des brûlures cornéennes au 1er degré d’après les informations du gouverneur de la région. Mayi Rudik et Dmitry Ilyasov, deux membres de l’équipe nationale de surf russe ont même décidé de porter plainte pour les brûlures causées lors de leur entraînement au Kamtchatka. 

Cette catastrophe rappelle ainsi le risque permanent pesant sur la qualité de l’eau et sur les sportifs, sportives, acteurs et actrices du milieu aquatique et nautique. Pour Marc Valmassoni, expert Qualité de l’Eau pour Surfrider Foundation Europe, il est important de souligner l’importance que prennent ces problématiques au sein des missions actuelles de l’association :  

“Surfrider Europe a initié des travaux de recherche en s'entourant d'universitaires et de scientifiques afin d'évaluer l'exposition des pratiquant.es d'activités nautiques aux polluants chimiques dans le milieu aquatique”. 

Si la bande de pollution est bien visible puisque “cette mousse suspecte [de couleur] vert foncé [...] a des limites claires, ne se désintègre pas et se déplace progressivement vers le Sud [...] sans diminuer de taille”, la source en demeure toujours inconnue d’après le scientifique Kirill Vinnikov. 

Les autorités ont ouvert une enquête criminelle mais se refusent encore d’écarter la cause naturelle. Pour le comité d’enquête russe, “cette mortalité de masse pourrait être le résultat de toxines émises par un bloom algueux fulgurant et causé par le changement climatique” mais qui ne serait pas inhabituel dans la région, d’après le vice-président de l’académie des sciences russe, Andrei Adrianov. Des développements spontanés et naturels d'algues peuvent en effet avoir lieu si les conditions optimales sont réunies, c'est le cas par exemple en Méditerranée avec l'apparition et la permanence de l’algue Ostreopsis ovata. 

Une catastrophe pas si lointaine 

Si le champ de bataille semble lointain pour Surfrider Europe, le combat est, lui, bien connu des experts environnementaux de l’association. Si la situation en Russie déchaîne aujourd’hui les passions de par son impact visuel puissant, il faut garder en tête que des risques similaires existent aujourd’hui en Europe et que Surfrider Europe s’engage à les combattre quotidiennement : 

Victoire historique contre les forages pétroliers en mer Baltique 

Lutte contre les atteintes à la qualité de l’eau au nord du Portugal

Combat contre les projets de forage pétrolier aux Baléares 

Surfrider Foundation Europe souhaite aujourd’hui que toute la lumière soit faite sur cette pollution, que la santé des sportives et sportifs aquatiques soit prise en compte et que justice soit faite pour l'environnement ! 

Articles similaires

14/09/20

Une saison sous haute surveillance

La saison balnéaire 2020 touche à sa fin, et à cause de la crise sanitaire en cours, celle-ci fut trè...

lire l'article
26/06/20

Tout a commencé par une enquête sur la qualité des eaux de baignade

Premier volet d’une série dédiée aux 30 ans de Surfrider Foundation Europe, revenons sur le combat ...

lire l'article

nos valeurs

PASSION

La passion des océans, du littoral et des plaisirs qu’ils procurent anime toute personne qui porte Surfrider et guide l’action de l’organisation.

PARTAGE

Surfrider s’ancre dans la valeur du partage et de la participation par l’inclusion et la diversité.

RESPECT

Surfrider recherche une relation harmonieuse entre l’humain et la nature.