L'Union européenne s'engage contre les microplastiques

18/04/19

Depuis quelques années, on assiste à un véritable cri d’alerte lancé par la communauté scientifique sur la présence de microplastiques dans les cours d’eau, les océans et dans la plupart des espèces marines allant des plus petites comme le plancton jusqu’aux baleines. Les Nations Unies ont déclaré en 2017 que l’océan contenait entre 15 et 51 milliards de particules, 500 fois plus que le nombre d’étoiles dans la galaxie. Ils flottent aujourd’hui partout dans les océans du globe, y compris en Arctique. L’invasion des microplastiques ne s’arrête pas aux milieux aquatiques. On en retrouve aujourd’hui dans l’eau que nous buvons, dans les produits de la mer, dans le sel et même dans l’air que nous respirons.



La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que l’Union européenne a décidé de s’impliquer dans la lutte contre cette pollution.


Les citoyens et les politiques de plus en plus concernés


Les citoyens européens, au cours de la consultation Voice for the Ocean menée par Surfrider en 2018, ont très largement exprimé que la lutte contre les micoplastiques devait être la priorité de l’Union européenne pour la préservation de l’océan. Comment l’UE agit-elle?

Lors de la publication de la stratégie sur les matières plastiques, l’Union européenne s’était engagée à travailler sur l’interdiction des ingrédients microplastiques ajoutés intentionnellement à certains types de produits (cosmétiques et produits de soins, détergents, produits de nettoyage, peintures, produits utilisés dans l’industrie pétrolière et gazière, ainsi que les fertilisants agricoles).

Dans ces produits de consommation, les particules microplastiques sont le plus souvent utilisées comme matières abrasives (par exemple, des agents exfoliants ou de polissage connus sous le nom de «microbilles»), mais elles peuvent également avoir d’autres fonctions, comme contrôler la viscosité (épaisseur), l’apparence et la stabilité d’un produit.



C’est l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) qui a été chargée par la Commission européenne d’examiner la possibilité d’une restriction à l’échelle de l’UE de la mise sur le marché de particules de microplastiques ajoutées intentionnellement. L’ECHA va suivre la procédure prévue par le règlement REACH visant à limiter les substances qui présentent un risque pour l’environnement ou la santé. L’ECHA examine actuellement les utilisations intentionnelles possibles de particules de microplastiques dans des produits, les risques associés à leur utilisation et à leur rejet dans l’environnement, ainsi que les alternatives disponibles. Elle évalue également les impacts socio-économiques que pourrait avoir une restriction à l’échelle européenne.

Surfrider Europe, une expertise reconnue au niveau européen


L’année dernière, Surfrider Foundation Europe a contribué à l’appel à preuve et informations (call for evidence) organisé par l’ECHA en fournissant des études montrant l’impact des microplastiques sur l’environnement marin et leur potentiel impact sur la santé humaine.

Après examen des contributions et après évaluation des différents risques, l'agence européenne des produits chimiques a conclu qu’une restriction de la mise sur le marché des microplastiques ajoutés intentionnellement était justifiée au niveau européen. Le dossier de restriction publié en janvier 2019 propose des restrictions ainsi que des exigences en matière d’étiquetage et de déclaration.

Cette proposition est un premier pas dans la lutte contre la pollution microplastique s’accumulant dans notre environnement et la chaîne alimentaire puisqu’elle couvre un large éventail d’utilisations dans les produits de consommation et les produits professionnels.

Si elle est adoptée, la proposition pourrait entrainer la réduction de 400 000 tonnes de microplastiques rejetés dans les milieux aquatiques d’ici 20 ans.

Nous devons cependant rester vigilants et défendre la proposition de restriction afin qu’elle reste ambitieuse et que les entreprises utilisant ou commercialisant ce type de microplastiques n’essayent pas de la fragiliser. C’est la raison pour laquelle Surfrider va participer à la consultation publique en cours et s’assurer que l’industrie n’obtienne pas de dérogations ou de délais supplémentaires pour les éliminer de la composition de leurs produits, alors que des alternatives existent et sont déjà utilisées par des entreprises.

Surfrider Foundation Europe travaille sur la problématique des microplastiques depuis des années à travers notamment de la coalition Beat the Microbead. Elle mène également un travail d’influence auprès des décideurs publics nationaux et européens et a largement contribué à l’adoption de l'article 124 de la Loi pour la reconquête de la biodiversité de la nature et des paysages, consacrant des restrictions de la mise sur le marché de produits cosmétiques rincés à usage d’exfoliation ou de nettoyage comportant des particules plastiques solides. D’autres pays (le Danemark, la Suède, le Royaume Uni) ont aussi interdit les ingrédients microplastiques dans la composition de certains types de produits cosmétiques. Il est donc temps d’élargir cette interdiction à d’autres produits à travers l’Europe.

C’est un premier pas, mais la prochaine Commission et le Parlement européen qui entreront en fonction après les élections européennes de mai, devront également s’attaquer à d’autres sources de pollution microplastiques comme les granulés de plastiques industriels (aussi appelé pellets ou mermaid tears) ou les fibres issues des textiles contaminant les mers et les océans. Surfrider maintiendra la pression sur les institutions européennes pour qu’elles luttent contre cette pollution invisible des océans.

En savoir plus sur les résultats de Voice for the Ocean

Articles similaires

03/07/19

Lettre d'adieu au sac plastique

Pour la 4ème Journée mondiale sans sac plastique, Surfrider leur dit un dernier adieu.

lire l'article
18/06/19

Décharge côtière de Dollemard : plus le temps d’attendre, agissons !

Surfrider se mobilise pour qu'une décharge à l'abandon cesse de rejeter ses déchets en mer.

lire l'article

nos valeurs

PASSION

La passion des océans, du littoral et des plaisirs qu’ils procurent anime toute personne qui porte Surfrider et guide l’action de l’organisation.

PARTAGE

Surfrider s’ancre dans la valeur du partage et de la participation par l’inclusion et la diversité.

RESPECT

Surfrider recherche une relation harmonieuse entre l’humain et la nature.