Nouveau record pour Tarragone : 1,8 millions de pellets trouvés en 2 heures

24/05/22

Les pellets sont des petites sphères utilisées pour la fabrication de nos objets en plastique du quotidien. De Tarragone en passant par Barcelone jusqu’à Valence, l’Espagne a été envahie par ces microplastiques. Retour sur le combat des Surfrider Coastal Defenders pour mettre toute la lumière sur cette pollution invisible.


La campagne contre les pellets à Tarragone

Depuis 2018 l’ONG Good Karma Projects tire la sonnette d’alarme et dénonce la présence de pellets à Tarragone. En joignant leurs forces avec Surfrider et les Coastal Defenders espagnoles, ils souhaitent placer la question des pellets au cœur des débats.

L’été dernier des actions communes ont été menées entre Surfrider Europe et Good Karma Projects avec l’expédition Chasing Pellets. Elle a permis de montrer l’importance de la sensibilisation autour de ces granulés plastiques pour pouvoir implanter des changements significatifs chez les industriels, comme un contrôle sur toute leur chaîne de valeur. Cela implique de se concentrer sur la source de cette pollution à savoir les déversements de pellets. Pour le moment seul un programme volontaire appelé Opération Clean Sweep existe pour contrer ce problème et clairement ce n’est pas assez.

La contamination par les pellets est la seconde source de pollution microplastique primaire la plus importante. Pourtant depuis que le combat a commencé 4 ans plus tôt, aucune des industries polluantes n’a pris ses responsabilités puisque les déversements continuent d’années en années.

Récemment tous les records ont été battus avec 1,8 millions de pellets retrouvés en seulement 2 heures sur une surface de 200m2 à la plage de La Pineda. Mais ce n’est que la partie immergée de l’iceberg.



© Good Karma Project


En quête de justice

Les déversements de pellets à Tarragone, en Catalogne et à travers l’Europe sont connus par les acteurs locaux et les décideurs. Alors pourquoi nous n’y mettons pas fin ?

Cette pollution continue parce que des mesures contraignantes ne sont pas mises en place, ajoutons à cela des procédures judicaires longues et coûteuses : les pollueurs gagnent sur toute la ligne.

Mais nous pourrions bien être à un tournant pour le cas de Tarragone. La police locale de l’environnement s’est également emparée de l’affaire. Ils vont donc mener l’enquête pour trouver les industries responsables de cette pollution.

Tarragone est un cas parmi de nombreux autres qui se produisent à travers l’Europe : en Belgique, au Pays-Bas ou en France. Ces cas de déversements massifs de pellets ne sont pas isolés et témoignent des faiblesses du système de contrôle actuel dans la chaîne de production et de transport.

Nous devons mettre fin à cette pollution à la source et adopter des mesures européennes sur les pellets. Leur petite taille ne doit pas être une excuse pour mettre de côté tous les problèmes qu’ils causent.



© Good Karma Project


Surfing for Science

Lorsque les pellets sont ramassés sur les plages ou en mer, ce n’est qu’une petite partie du problème que l’on vient effleurer. Mais alors, que se cache-t-il vraiment sous la surface ?

Puisque peu d’attention est donnée au problème des pellets, aucune mesure significative n’est prise pour en mesurer la présence, encore plus dans les zones naturelles et les zones de baignades.

Plus concrètement : les industries de Tarragone n’ont aucune donnée sur leurs pertes de pellets.

C’est pourquoi le projet Surfing for Science revêt une importance toute particulière. En partenariat avec la Faculté des Sciences de la Terre de l’Université de Barcelone, l’antenne Surfrider Barcelone a mené une étude sur la présence de microplastiques sur les plages de la ville. Les recherches ont montré que la concentration de microplastiques dans les zones de baignades catalanes dépasse les moyennes en méditerranée et dans le monde à certains moments et certaines périodes de l’année.

Bien que cette étude ne se concentre pas uniquement sur les pellets, ce projet démontre l’importance de la science participative pour sensibiliser en collectant des données. Même avec des petits moyens, il est possible de montrer l’ampleur de la pollution microplastique.

Des mesures contraignantes doivent être mises en place pour stopper cette pollution insidieuse, autrement, elle continuera sa course et se répandra encore plus qu’elle ne le fait déjà.

Si vous souhaitez nous aider dans notre combat pour préserver l’Océan, vous pouvez rejoindre le mouvement Coastal Defenders. En agissant sur le terrain vous pouvez alerter sur toutes les pollutions ou atteintes à l’environnement dont vous pourriez être témoins.


Pour les dernières actualités sur l’affaire des pellets à Tarragone suivez Surfrider Espagne


Articles similaires

01/07/22

Juilllet, un mois sans plastique pour l’Océan

Il existe le Dry January, découvrez le Plastic Free July

lire l'article
16/06/22

World Refill Day : la consigne pour réduire la pollution plastique

Le 16 juin est la journée internationale de la recharge (« World Refill day ») : en ce jour le réempl...

lire l'article

nos valeurs

PASSION

La passion des océans, du littoral et des plaisirs qu’ils procurent anime toute personne qui porte Surfrider et guide l’action de l’organisation.

PARTAGE

Surfrider s’ancre dans la valeur du partage et de la participation par l’inclusion et la diversité.

RESPECT

Surfrider recherche une relation harmonieuse entre l’humain et la nature.