Le projet du port de Brétignolles-sur-Mer définitivement abandonné

23/07/21

Plus de 10 ans que Surfrider Europe suit ce projet dans le cadre du programme Coastal Defenders. 10 ans d’un bras de fer qui verra finalement s’imposer la raison et la protection du cordon dunaire vendéen face à la destruction d’une zone humide motivée par des motifs économiques. C’est donc avec une immense joie que nous pouvons aujourd’hui vous annoncer l’arrêt définitif du projet de port de plaisance. Un grand bravo à nos bénévoles des antennes Indre-et-Loire et Vendée qui se sont énormément investis depuis toutes ces années pour que ce projet ne voit pas le jour.  

La Communauté de Communes de Saint-Gilles-Croix-de-Vie vote l’abandon du projet 

Plus aucun recours ne sera désormais possible, les 47 élus communautaires de la Communauté de Commune ont donc voté l’abandon définitif du projet ce jeudi 22 juillet 2021. Le projet du port aura fait couler beaucoup d’encre depuis 2003, date de la consultation informelle des habitants de Brétignolles-sur-Mer. 

Pour rappel : historique du projet 

Ces dernières années pourtant, le projet a bien failli voir le jour. En novembre 2018, la commission d’enquête rendait un avis favorable à la création du port, et le préfet de Vendée signait les autorisations nécessaires au début des travaux au courant de l’été 2019.  

Surfrider Europe, ainsi que les autres associations défavorables ne se sont pas démotivées et le 6 octobre 2019, plus de 2500 personnes ont manifesté leur mécontentement alors que les premiers coups de pelleteuse commençaient à détruire les dunes. Pour rappel, un recours juridique avait été déposé par les associations de défense de l’environnement (FNE, LPO, Surfrider Europe) contre l’autorisation environnementale du préfet, mais les autorités avaient quand même lancé les travaux sans attendre la réponse du tribunal, dont les jugements ne sont, à ce jour, pas encore connus.  


A la suite de cette manifestation, une ZAD (Zone À Défendre) se crée pour empêcher les travaux de se poursuivre. Celle-ci sera évacuée en avril 2020, en plein confinement sanitaire, et les infrastructures seront brûlées sur place. Les tensions sont alors à leur paroxysme entre partisans et opposants. 

Création d’un groupe de médiation pour apaiser les tensions et avancer sereinement  

Suite à l’élection de François Blanchet à la tête de la Communauté de Communes du Pays de Saint Gilles, un moratoire est annoncé ainsi que la création d’un groupe de médiation. 

Ce groupe de travail est composé d’associations, d’élus et de représentants de la société civile avec à la fois des personnes en faveur, contre et sans opinion sur le projet. Ce groupe a travaillé pendant 6 mois pour rendre une synthèse permettant plus de transparence sur le projet et à chaque camp d’avancer ses arguments.  

Le CPNS (Comité pour la Protection de la Nature et des Sites), souhaitait cet exercice de médiation qui permet de revenir sur des sujets techniques peu traités comme le creusement des bassins et du chenal et les conditions d’accès des plaisanciers, ceci de manière factuelle en faisant appel à des professionnels expérimentés.  

Le 8 juillet les deux co-présidents, Frédéric Fouquet (pro) et Vincent Pipaud (contre) ont présenté le rapport de synthèse du groupe de médiation lors du conseil communautaire en vue du vote du 22 juillet.  

Les conclusions du groupe de médiation :  

- La Normandelière est considérée comme un espace important pour la biodiversité. En effet il regroupe quatre milieux sur un espace restreint (Estran, Dune, Marais, Bocage), et accueille différentes espèces protégées.  

- Il existe un risque de contamination des eaux souterraines en eaux salées 

- Les coûts du projet ont été largement sous-estimés par l’ancien Président (estimation du maître d’oeuvre à +50% par rapport au coût initialement annoncé) et la rentabilité du port quant à elle a été surestimée : accumulation de scénarii favorables, sur-capacité du port, minimisation des charges... 

La synthèse révélée le 8 juillet montre clairement que le projet n’est pas viable comme présenté aujourd’hui et que de nombreux facteurs, notamment environnementaux, n’ont pas été pris en considération ou ont arbitrairement été décidés favorables au projet.  

Lettres ouverte des partisans à 3 jours du vote : un coup d’épée dans l’eau 

Le lundi 19 juillet, dans un dernier élan militant, les élus et associations en faveur du port de Brétignolles-sur-Mer, ont tenté via des lettres ouvertes de convaincre les élus encore indécis de la Communauté de Communes de voter en faveur du port, s’appuyant principalement sur l’argument que la majorité des habitants du Pays de Saint Gilles-Croix-de-Vie et de Brétignolles-sur-Mer souhaitent voir le projet du port aboutir. Une information qui n’est absolument pas avérée. 

Cette dernière tentative n’aura pas influé sur le résultat du vote (33 contre / 14 en faveur du port), les élus ont à la majorité choisi d’abandonner le projet de port de plaisance à Brétignolles-sur-Mer et Surfrider Europe se réjouit de cette décision en faveur de la préservation du littoral. 

 

Articles similaires

24/09/21

Il n’y a pas d’âge pour commencer à protéger l’océan

Avec le guide éco-délégué, tout le monde peut prendre part et s’investir dans la protection de l’...

lire l'article
16/09/21

Algue toxique sur la côte basque : l'enquête continue

Le littoral basque a accueilli une nouvelle espèce d'algue pour la deuxième année consécutive. Pour l...

lire l'article

nos valeurs

PASSION

La passion des océans, du littoral et des plaisirs qu’ils procurent anime toute personne qui porte Surfrider et guide l’action de l’organisation.

PARTAGE

Surfrider s’ancre dans la valeur du partage et de la participation par l’inclusion et la diversité.

RESPECT

Surfrider recherche une relation harmonieuse entre l’humain et la nature.