Dernier rapport européen avant une consultation de l'UE : la qualité des eaux de baignade à l’agenda des institutions

10/06/20

Le déconfinement est amorcé partout en Europe, le soleil fait son apparition... c’est le départ d’une nouvelle saison estivale qui risque de s’annoncer “particulière”. Baignade, planche à voile, surf... les plages et plans d’eau vont être pris d’assaut où chacun retrouve avec plaisir ses habitudes estivales. Mais qu’en est-il de la qualité de l’eau dans laquelle baigneurs et pratiquants d’activités nautiques évoluent ? Est-elle sans risque ? Quelles avancées en termes de gestion, d’information ou de surveillance à l’aube de la révision de la Directive sur les Eaux de baignade ? 

Un rapport annuel sur la qualité de l’eau en Europe 

A l’occasion de la journée mondiale des Océans, la Commission européenne (CE) et l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE) ont publié leur rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade côtières et intérieures en Europe. Ce dernier participe à l’exigence d’information du public qu’impose l’Union européenne aux Etats membres. Afin d'être informé sur la qualité des eaux de baignade, le public peut également avoir accès aux résultats des analyses directement sur le site de baignade (en saison et si la plage est référencée), dans leur collectivité locale, à l’office du tourisme mais également sur le site européen de l'AEE, sur les sites nationaux ou plus localement sur les sites des communes.  

Ce présent présente la classification des zones de baignade issue de la synthèse des analyses d’eau des 27 Etats membres, du Royaume-Uni, de l’Albanie et de la Suisse en application de la directive européenne portant sur la surveillance et la gestion des eaux de baignade (Directive 2006/7/CE).   

Pour la saison 2019, ce sont 22 295 zones de baignade qui ont été contrôlées en Europe. Cette année encore, les instances européennes notent une tendance générale à l’amélioration de la qualité de l’eau en Europe avec 95% des sites de baignade respectant les normes minimales en matière de qualité de l’eau avec une qualité qui reste meilleure pour les eaux côtières par rapport aux eaux intérieures. 

La surveillance des eaux de baignade : une obligation en Europe depuis plus de 40 ans 

Une directive européenne a pour la première fois imposée aux Etats membres de surveiller la qualité de leurs eaux de baignade en 1976. Révisée depuis - en 2006 - la directive vise à protéger la santé des baigneurs et à informer le public sur la qualité de l’eau.   

L’évaluation de la qualité des eaux de baignade s’effectue sur la base d'analyses microbiologiques, au travers de la détection de deux bactéries d’origine fécale (Escherichia coli et entérocoques) dans les eaux marines, lacustres et fluviales. Les sites de baignade sont contrôlés par échantillonnage en période estivale ; de juillet à août pour la très grande majorité des sites européens (exception pour les ultramarins européens). La présence en grande quantité de ces bactéries dans le milieu témoigne d’une pollution liée aux activités anthropiques. Les origines sont multiples mais les rapports d’enquêtes et profils de plage montrent que les eaux usées et les eaux de ruissellement (chaussées et agricoles) sont à l’origine d’impacts non négligeables sur la santé humaine se traduisant généralement par des gastro-entérites, des problèmes cutanés, des conjonctivites ou encore des otites. Le classement final des zones de baignade est établi par un calcul sur les résultats d’analyses des 4 dernières années et nous indique si l’eau est “insuffisante”, “suffisante”, “bonne” ou “excellente”.

Tendances et décryptage 

D’un point de vue bactériologique (critère pris en considération dans la Directive 2006/7/CE), la qualité des eaux de baignade s’est améliorée à l’échelle des Etats européens depuis l’entrée en vigueur de la Directive.  

Après analyse de ce rapport sorti le 8 juin dernier, voici les points importants à noter : 

    - Une nouvelle augmentation du nombre de sites surveillés avec 164 nouvelles zones de baignade identifiées en 2019 par rapport à 2018 ;

    - La part des eaux classées en qualité “excellente” ne change pas depuis 2015 et reste autour de 85% ;  

    - Entre 2018 et 2019, la part des eaux classées en qualité “insuffisante” se maintient : 1,3% (correspondant à 289 sites en 2018 et 294 en 2019) ;  

    - Les 5 Etats avec la meilleure qualité de l’eau restent les mêmes qu’en 2018 : Chypre, Autriche, Malte, Grèce et Croatie ;   

    - Les 5 Etats avec la plus mauvaise qualité de l’eau sont : Pologne, Albanie, Slovaquie, Bulgarie et Estonie.


Proportion des eaux de baignade d’excellente qualité dans les pays européens en 2019
Source : rapport AEE 2020 sur le classement des eaux de baignade 2019  


Une directive à réviser cette année 


En effet, la directive européenne portant sur la surveillance et la gestion de la qualité des eaux de baignade doit être soumise à consultation prochainement et Surfrider portera auprès de la Commission Européenne la voix de la Communauté Océan pour que celle-ci soit révisée.   

Extension de la période de surveillance, prise en compte des pratiquants d’activités nautiques, intégration de nouveaux paramètres de suivis, meilleure information et participation du public.... Autant de revendications que l’association a commencé à porter et devra défendre tout au long de l’année à venir.

Dans les semaines à venir, une consultation publique sera proposée pour s’exprimer sur cette directive et son application en Europe. La parole sera donnée aux citoyens européens, ne manquons pas cette chance de nous exprimer ! Restez connectés !

Articles similaires

17/06/20

Écume de mer : un nouveau fléau ?

Le mois dernier aux Pays-Bas, la plage de Scheveningen a été envahie par d'énormes quantités d'écume...

lire l'article
25/05/20

Ouverture des zones de baignade : on fait le point ?

A quelques semaines de la diffusion tant attendue du rapport européen sur le classement des zones de bai...

lire l'article

nos valeurs

PASSION

La passion des océans, du littoral et des plaisirs qu’ils procurent anime toute personne qui porte Surfrider et guide l’action de l’organisation.

PARTAGE

Surfrider s’ancre dans la valeur du partage et de la participation par l’inclusion et la diversité.

RESPECT

Surfrider recherche une relation harmonieuse entre l’humain et la nature.