Biomédias sur les plages : les stations d’épuration dans le viseur

05/04/19

Depuis le début des années 2000, des milliers de biomédias s’échouent sur les littoraux. Surfrider Europe s’est rapidement mobilisé pour lutter contre cette pollution plastique nouvelle et des réseaux d’observations ont été mis en place pour suivre leur dispersion dans le milieu naturel. Après plus de 10 ans d’enquête, le fonctionnement des STEP (STations d’ÉPuration) est clairement pointé du doigt. L’heure est aujourd’hui au partage de nos informations sur l’origine des pollutions et à la mise en place de mesures réglementaires.

Des observations de terrain essentielles

Vous vous êtes certainement déjà demandé en vous promenant sur la plage ou les berges d’une rivière ce qu’étaient ces mystérieuses rondelles de plastique : camemberts de trivial pursuit, pâtes italiennes, ronds de marquage de taille pour cintre ?

Cette question, Francois Verdet, bénévole de Surfrider Foundation Europe, se l’est aussi posée quand en 2007 il les a observés pour la première fois sur les plages de la côte basque. Après quelques semaines de recherches, une partie de l’énigme est résolue. Il s’agit de biomédias, supports en plastique utilisés dans les stations d’épuration.


Assez d'éléments pour que Surfrider mène l'enquête

Devant la prolifération des observations de biomédias en France et en Europe, Surfrider s’est lancé dans une investigation d’envergure. Ainsi pendant plus de 10 ans, un groupe d’expert a été créé aux côtés du lanceur d’alerte pour comprendre le paradoxe de cette pollution. Qui les utilise ? Pourquoi se retrouvent ils dans les océans ? Comment limiter les pollutions ? Vous trouverez toutes les réponses dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=s8OiUaxH09Q


Mais Surfrider ne compte pas s'arrêter là!

Surfrider est peu à peu devenu l’organisme de référence sur le suivi de la pollution par les biomédias. Grâce au réseau d’observation mis en place et aux nombreux témoignages de terrain rapportés par les bénévoles ou simples citoyens à travers l’Europe, le mystère s’est peu à peu dissipé.


Mais ce combat n’est pas pour autant terminé et les pollutions continuent. Alors si vous êtes témoin d’une pollution par les biomédias, vous pouvez aussi faire partie de l’enquête en apportant votre témoignage. Chaque cas résolu est un pas de plus vers la fin des pollutions ! L’heure est maintenant venue de partager nos observations afin que des mesures concrètes soient prises. Quelles soient techniques ou réglementaires, des solutions devront être discutées auprès des décideurs et des gestionnaires de stations d’épuration.

En savoir plus

Articles similaires

14/08/19

Le plastique : première source de pollution dans le milieu marin

Du 20 au 23 août, Surfrider organise en amont du Sommet du G7 à Biarritz le Pavillon Océan.

lire l'article
03/07/19

Lettre d'adieu au sac plastique

Pour la 4ème Journée mondiale sans sac plastique, Surfrider leur dit un dernier adieu.

lire l'article

nos valeurs

PASSION

La passion des océans, du littoral et des plaisirs qu’ils procurent anime toute personne qui porte Surfrider et guide l’action de l’organisation.

PARTAGE

Surfrider s’ancre dans la valeur du partage et de la participation par l’inclusion et la diversité.

RESPECT

Surfrider recherche une relation harmonieuse entre l’humain et la nature.